Blog du Parti Socialite :

PS 38 isère Section de La Tour du Pin

National

 

 

 

 

 

 


François HOLLANDE un « vrai » Président

Le mot du pôle coordination : National – Fédération/Isère (Juillet 2014)

Chères camarades, chers camarades,

Après 18 jours de conflit entre le Hamas et le gouvernement israélien, le bilan humain ne
cesse de s’alourdir. C’est pourquoi le parti socialiste réclame des couloirs humanitaires pour la bande de Gaza, et va lancer une campagne de solidarité au Moyen-Orient. L’urgence est d’obtenir un cessez-le-feu immédiat à Gaza, et de négocier une paix durable entre les deux camps.
François Hollande a reçu jeudi 24 juillet, plusieurs ONG à l’Elysée, et annoncé le déblocage par la France de 11 millions d’euros pour l’aide humanitaire à Gaza. Dans le même temps, le Premier ministre a affirmé qu’aucun acte ou parole qui puissent faire ressurgir l’antisémitisme et le racisme ne seront tolérés. « La République, c’est la capacité de vivre ensemble, de regarder son histoire et en même temps d’être toujours prêt à défendre les valeurs démocratiques », a souligné le chef de l’Etat.

Sur le plan national, le Parlement a adopté définitivement les budgets rectificatifs 2014, premières déclinaisons du pacte de responsabilité. Les socialistes ont pu se réjouir d’un vote largement majoritaire, et l’exécutif a confirmé des réductions d’impôts pour plusieurs centaines de milliers de ménages en 2015.

Par ailleurs, l’Assemblée a adopté la France à 13 régions, première étape d’une réforme territoriale « qui va dans le sens de l’histoire », a estimé André Vallini. La carte est cohérente, mais des modifications à la marge pourront être apportées en deuxième lecture à l’automne. Ce qui est certain, c’est qu’il faut se doter de grandes régions puissantes, avec davantage de compétences, pour qu’elles puissent s’affirmer sur la scène européenne. La compétition économique ne se fait pas seulement entre les pays, elle se fait également entre les territoires.

L’économie, parlons-en. Pierre Gattaz a estimé que la situation économique du pays est catastrophique. Le président du Medef joue le rôle de Monsieur Phillipus, ce personnage célèbre d’Hergé dans la bande-dessinée Tintin, qui annonce quotidiennement la fin du monde. A chaque fois qu’il s’exprime, la France perd des points de croissance. Plutôt que de sombrer dans le pessimisme ambiant, l’exécutif s’est fixé un cap et s’y tient : celui d’améliorer la compétitivité des entreprises. Le projet de loi sur la simplification de la vie
des entreprises, qui comprend 50 mesures claires et précises, va dans ce sens.
Le pari, c’est de faire confiance aux chefs d’entreprises. Car c’est de confiance dont nous avons primordialement besoin, pour relancer l’économie, et pour faire réussir la France.
Nous vous souhaitons à toutes et à tous un très bel été.
Amitiés socialistes,
Orod Bagheri et Elyette Croset-Bay Pôle coordination

Depuis dix ans, la droite a multiplié la dette par deux par une politique qui ne profite qu’à une minorité de nos concitoyens les plus aisés. La crise est là, mais la responsabilité est surtout celle de la droite.  Tous les Français s’en trouvent pénalisés.

Nous avons besoin de votre action pour  combattre les contre-vérités.

 

 

François Hollande le 9 septembre 2012  :

«je veux que les Français se disent en 2017, nous vivrons mieux qu’en 2012»

 L’agenda du redressement.

François Hollande «je ne vais pas pouvoir faire en 4 mois ce que le précédent gouvernement n’a pas réussi à mener en 5 ans».

J’ai deux batailles à engager : une bataille contre le chômage et une bataille contre la dette.

Le président s’est exprimé sur les mesures d’urgence pour l’emploi mises en place tout de suite par son gouvernement. Parmi elles, les 100.000 emplois d’avenir mis en place dès cette année et le contrat de génération qui pourra être conclu dans toutes les entreprises.

François Hollande s’est également exprimé sur la compétitivité des entreprises. Le président de la République souhaite repenser le financement des cotisations sociales afin que celles-ci ne pèsent pas uniquement sur les salaires, le gouvernement fera ses propositions sur cette question dès le mois d’octobre. Par ailleurs, le gouvernement souhaite réformer le contrat de travail pour permettre des procédures «plus souples et plus sûres» pour les salariés et les entreprises.

Réduire la dette pour notre souveraineté

Le gouvernement souhaite également, et c’est l’engagement de François Hollande, réduire le déficit à 3% et parvenir à l’équilibre en 2017. C’est une mesure essentielle pour François Hollande :

Il faut réduire le déficit pour notre souveraineté et notre indépendance vis à vis des marchés.

François Hollande a demandé au gouvernement d’établir un budget en fonction «de prévisions de croissance réalistes» soit 0,8%, indiquant «nous ne dépenserons pas un euro de plus en 2013 qu’en 2012».

 L’effort nécessaire est chiffré à 30 milliards d’euros pour 2013

10 milliards d’euros correspondront à des réductions de dépenses : les effectifs de la fonction publique resteront stables et les emplois créés dans les ministères prioritaires que sont l’éducation, la justice et la sécurité «seront compensés ailleurs».

10 milliards d’euros à une fiscalité ajustée aux grandes entreprises : le président de la République a tenu à rappeler que cet effort demandé aux grandes entreprises compensaient une baisse injuste de la fiscalité accordée par la droite. Par ailleurs, François Hollande a rappelé qu’il ferait en sorte que les PME soient protégées et c’est pourquoi, elles ne seraient pas touchées par cette hausse d’impôt.

10 milliards d’euros sur les ménages avec une hausse de la dernière tranche de l’impôt sur le revenu à 45% : François Hollande a également annoncé une grande réforme de la fiscalité avec notamment la taxation à 75% au delà d’un million d’euros mais également une taxation des revenus du capital au même niveau que ceux du travail. Afin de répartir équitablement l’effort, le gèle du barème de l’impôt sur le revenu sera maintenu sauf sur les deux premières tranches.

 

 

Voici les principales mesures des cent premiers jours de présidence de François Hollande, élu le 6 mai à l’Elysée:

ECONOMIE

BUDGET RECTIFICATIF : le gouvernement Ayrault s’est appliqué à supprimer les symboles fiscaux du quinquennat Sarkozy : TVA « sociale », défiscalisation des heures supplémentaires, allègement de l’ISF et des droits de succession. Il a augmenté les impôts de 7,2 milliards d’euros et gelé 1,5 milliard de dépenses.

SALAIRES PUBLICS : Plafonnement par décret de la rémunération des dirigeants des entreprises publiques à 450.000 euros brut par an.

SOUTIEN A L’AUTOMOBILE : après l’annonce choc de la suppression de 8.000 emplois par PSA, plan de soutien à la filière automobile axé sur les voitures « propres » : « bonus écologique » porté de 5.000 à 7.000 euros pour les électriques, 2.000 et 4.000 euros pour les hybrides.

ENCADREMENT DES LOYERS : l’encadrement des loyers privés, lors d’une relocation ou du renouvellement du bail, s’applique depuis le 1er août dans 38 agglomérations de l’Hexagone et de l’Outre-mer: Paris, Lyon, Marseille ou Nice, mais aussi de plus petites communes comme Forbach (Moselle) ou Annemasse (Haute-Savoie).

CONSTRUCTION : abrogation de la loi augmentant de 30% les droits à construire, adoptée à la fin du quinquennat Sarkozy, qui visait à favoriser la densification.

POLITIQUE

– Commission sur la rénovation et la déontologie de la vie politique présidée par Lionel Jospin

– Signature par tous les ministres d’une Charte de déontologie (patrimoine, non cumul, déplacements…)

DIPLOMATIE ET DEFENSE

AFGHANISTAN : Annonce du retrait d’ici fin 2012 des forces combattantes françaises

SYRIE : Accusé d’inertie par la droite, François Hollande privilégie la voie diplomatique. Il a réuni une centaine de pays occidentaux et arabes lors de la conférence des Amis de la Syrie à Paris le 6 juillet. Envoi d’un hôpital de campagne à la frontière jordanienne.

EUROPE : tout en appelant à renforcer « la relation incontournable » entre la France et l’Allemagne, François Hollande a démontré sa volonté de sortir de ce traditionnel tête-à-tête, en appuyant notamment lors du sommet européen de Bruxelles des 28 et 29 juin les revendications de l’Italie et de l’Espagne face à la chancelière Angela Merkel.

SOCIAL

RETRAITES : décret du 2 juillet pour entrée en vigueur le 1er novembre permettant de partir en retraite à 60 ans si l’on a commencé sa vie active avant vingt ans et si l’on dispose des annuités requises. Coût : 1,1 milliard en 2013, 3 milliards en 2017, financé par un relèvement étalé sur cinq ans de 0,25 point de la cotisation employeur et du même montant pour la cotisation salarié.

SMIC : Augmentation de 2% au 1er juillet. Coût: 500 millions d’euros, à la charge de l’Etat et des administrations publiques. Le smic atteint 1.425,67 euros brut pour 35 heures hebdomadaires.

– ARS : relèvement de 25% de l’allocation de rentrée scolaire. Coût : 370 millions d’euros

EDUCATION

– Allongement des vacances de la Toussaint sur deux semaines pleines, avec deux jours de classe récupérés dans l’année.

– Recrutements : 1.000 professeurs dans le primaire, 75 conseillers principaux d’éducation et 280 professeurs dans le secondaire, 500 assistants de prévention et de sécurité, 2.000 assistants d’éducation, ainsi que 1.500 auxiliaires de vie scolaire pour accompagner les élèves handicapés.

– 12.000 contrats uniques d’insertion dans les établissements, alors que 14.700 contrats de ce type arrivaient à échéance cet été.

– Suppression de la prise en charge des frais de scolarité sans conditions de ressources pour les lycéens français scolarisés à l’étranger. Des bourses seront attribuées sur critères sociaux.

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

– Hausse de 2,1% des bourses étudiantes. Lancement des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche.

JUSTICE

– Nouvelle loi contre le harcèlement sexuel, suite à l’abrogation de l’ancien texte de loi par le Conseil constitutionnel le 4 mai.

SECURITE

– Création de quinze « zones de sécurité prioritaire » (ZSP)

CULTURE

– Retour au taux de TVA réduit sur le livre à 5,5%, ainsi que sur le spectacle vivant, dans le cadre du budget rectificatif 2012. Le relèvement à 7% avait été décidé en novembre 2011.

– 23,5 millions d’euros débloqués pour le spectacle vivant,

– Moratoire pour la Maison de l’histoire de France, voulue par Nicolas Sarkozy sur le site parisien des Archives nationales et prévue en 2015.

– Fin de la fusion RFI-France 24 au sein de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF).

 

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *