Blog du Parti Socialite :

PS 38 isère Section de La Tour du Pin

La pépinière d’entreprises dans la friche Pommier : acte manqué?

 

Conseil municipal

Le Conseil Municipal du 23 septembre 2014 s’est déroulé en 3 actes : d’abord, la présentation, en séance privée, du rapport d’activités de la Communauté de Communes des Vallons de la Tour par son président Pascal Payen et d’une information / réflexion sur les Vals du Dauphiné, ensuite une présentation surprise, puisque non inscrite à l’ordre du jour du Conseil d’une proposition de partenariat, entre la ville et la Communauté de Communes sur la future pépinière d’entreprises, enfin le Conseil classique. La friche Pommier, ancien site industriel situé au coeur de la vieille ville, qui a été donné à la Commune en 2008, n’a pas encore d’usage dédié et pérenne; proposer cet emplacement pour la nouvelle pépinière d’entrepreneurs sur laquelle travaille la Communauté de Communes depuis plusieurs années ressemble à une bonne idée. Environ 600 m2 sur 2 étages où des porteurs de projet dans le tertiaire pourront trouver des bureaux, des moyens en matériel et deux show-rooms ; un lieu de passage place Prunelle et passage Romain Bouquet rénové par la municipalité précédente ; une accessibilité adaptée à notre époque grâce aux nouvelles voies piétonnes, cyclables. C’est d’ailleurs une satisfaction de voir que des aménagements, décriés il y a peu, sont aujourd’hui des arguments positifs. La Tour du Pin y trouvera des avantages : un bâtiment remis à neuf qui agrémentera la rue rénovée, et l’arrivée de nouveaux consommateurs pour les commerçants du centre-ville, les bars et les restaurants. Enfin, l’argument financier est mis en avant : la ville cédant le bâtiment, le coût pour la CCVT serait divisé par deux, environ 990 000 € contre 1 9000 000 € pour un bâtiment neuf, vraisemblablement au Serpentin. La proposition paraît incontournable, et les applaudissements des élus majoritaires après l’exposé le montrent!

En creusant un peu, on s’aperçoit que tout n’est pas si simple!!!

indexLe bâtiment prévu par la Communauté de Communes est plus d’une fois et demie plus grand que la friche Pommier, environ 1000 m2 contre 600, alors que, lors du Conseil, il nous a été répondu que les surfaces étaient équivalentes. Il faut donc multiplier les 990 000€ par 1,5. De plus, la subvention attribuée dans le cadre du GPRA (Grand Projet Rhône Alpes), d’un montant de 500 000€, ne pourrait être donnée pour la réfection d’un bâtiment ancien. On peut calculer rapidement que les coûts de construction des 2 bâtiments, à surfaces égales, sont comparables, et donc que l’avantage financier avancé n’en est pas un. Le projet des Vallons de la Tour ne se limite pas au tertiaire, mais répond à une demande, celle de tous les entrepreneurs, en particulier les artisans, cible privilégiée dans le projet du Serpentin, et pour lesquels l’accessibilité du passage Romain Bouquet ne convient pas.

.

Ce sera aux élus communautaires de décider.

Pascal Payen

Pascal Payen

 

Le projet de l’aménagement du Serpentin a été réfléchi depuis plusieurs années, il est près de son aboutissement. Néanmoins, le Président Payen n’a pas fermé la porte aux propositions d’équipes nouvellement élues.

 

.

Mais que penser de la méthode employée par Fabien Rajon et son équipe?

Le projet a été tenu secret jusqu’au dernier moment. Il a été étudié, non pas par les services de la ville ou de la Communauté, mais par un cabinet privé. Il a été dévoilé lors du Conseil Municipal, la veille du comité de pilotage concernant la pépinière de la CCVT. Les membres de ce comité de pilotage, élus communautaires, l’ont donc appris par le journal, le matin de la réunion. En quelque sorte, ils ont été mis devant le fait accompli.

Cette manière d’agir est tout à fait contestable.

Au vu de ces observations, peut-on considérer cette proposition comme un «partenariat» entre la ville et la CCVT? Non, il met plutôt en évidence le côté «égocentrique» de la nouvelle majorité. Les deux entités doivent être complémentaires, il n’y en a pas une au service de l’autre. Elles doivent travailler ENSEMBLE pour le bien commun. Après l’épisode désagréable de l’élection du Vice-Président de la ville à la Communauté de Communes, je crains que celui-là n’améliore guère les relations. Les élus majoritaires de la Tour du Pin doivent en prendre conscience. Il reste que l’idée d’utiliser l’espace «Pommier» dans ce cadre est envisageable; à la ville de la mettre en oeuvre de la bonne façon…

 

Alain Charpenay

 

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *