Blog du Parti Socialite :

PS 38 isère Section de La Tour du Pin

Bilan des villes FN

L’asphyxie des centres sociaux :

A Fréjus, diminution drastique des subventions : -65% pour La Gabelle, -57% pour l’Agachon et -46% pour Villeneuve. Ce dernier centre (1.000 adhérents) a du fermer ses portes le 31 décembre 2014 suite à une décision municipale (Libération).

A Béziers, baisse de 365.000 euros de la subvention municipale au CCAS (Midi Libre).

A Beaucaire, suppression de la subvention municipale au centre social et culturel Fernand Buisson, licenciement du directeur et fin de la mise à disposition des locaux par la Ville (L’humanité).

Au Luc, fermeture de la Maison des Solidarités suite à l’absence de soutien financier de la Mairie.

La réduction des actions de solidarité :

– Au Luc, fermeture de l’épicerie sociale et solidaire qui s’adressait à des travailleurs pauvres (Libération).

– A Béziers, l’accès à l’épicerie sociale est dorénavant réservé aux seuls habitants qui ont « au moins un an de séjour dans la ville » (Libération)

Des décisions contre les chômeurs :

– A Béziers, suppression de l’accueil à l’école le matin, le midi et le soir pour les enfants de chômeurs (Midi-Libre).

– Au Pontet, fin de la cantine gratuite pour les enfants de chômeurs, soit 600 euros en plus par an et par famille – alors que ça ne pesait que 0,05% du budget de la commune (source Rue 89).

A l’école, la sélection par l’argent

– A Mantes-La-Ville, aucun recrutement d’animateurs pour assurer les activités périscolaires, les parents doivent s’arranger et surtout payer.  «Dans certains quartiers de la ville, les activités périscolaires peuvent atteindre 7 € de l’heure» (Le Point)! Alors que la ville touche le Fonds d’amorçage de l’Etat de 220.000 euros : où passe l’argent des écoliers ?

– A Cogolin, la ville n’offre plus de dictionnaire aux élèves de CM2 qui passent en 6e pour des « raisons budgétaires » (Le Monde).

– A Beaucaire, suppression du soutien scolaire pour plus de 100 enfants (LNE Canal+).

– A Fréjus, baisse de 16% du budget consacré aux élèves, suppression totale des subventions municipales aux classes transplantées, -20% pour les sorties scolaires en bus (Médiapart) et ventes de plusieurs terrains communaux utilisés pour la pratique du sport en temps scolaire (Var-Matin).

– A Villers-Cotterêts, augmentation du prix de la cantine pour les familles les plus modestes : +152 euros par an (L’union) et suppression des subventions à la FCPE (Le Monde).

– Au Pontet, suppression de la gratuité totale de la cantine scolaire pour les enfants des familles les plus démunies. (Huffington Post) (0,06% du budget de la ville).

– A Béziers, suppression de l’étude surveillée pour 320 élèves, remplacée par un simple système d’accueil – économie pour la ville : à peine 6.000 euros/an (Médiapart), annulation de 100.000 euros de travaux pour le groupe scolaire Nelson Mandela ; annulation de 407.000 euros prévus pour la mise en œuvre des activités périscolaires pour les élèves (Midi Libre).

Béziers et son « général Alcazar », un laboratoire du FN

Robert Ménard se défend d’être un maire FN, mais d’avoir été élu avec le soutien du FN. Or, le 22 septembre 2014, chez JJ Bourdin, MLP affirme « mes nouveaux maires font des débuts remarquables (…) à Béziers par exemple » Pour autant, on dit de Béziers qu’il est le laboratoire du FN car Robert Ménard y conduit une politique plus à droite que celle du FN (sans que le FN n’ait à l’assumer en direct) une stratégie qui pourrait se reproduire ailleur à l’avenir. Béziers : 33% de la population vit sous le seuil de pauvreté, 9e ville la plus pauvre de France (selon les données du Centre d’observation et de mesure des politiques d’action sociale, la 5e pour l’inégalité dans la répartition des revenus selon le coefficient de Gini.

– Une baisse de 4% de taxes locales se traduit par une amputation de 1,6 millions de dépenses pour la ville et par une diminution de 15 à 30 € pour le contribuable.

– Le maire supprime l’accueil à l’école le matin pour les enfants de chômeurs (Midi-Libre)

– Il baisse de 365.000 euros la subvention municipale au CCAS (Midi Libre).

– il se vante d’avoir inventé la première « mutuelle sociale ». C’est faux – son prédécesseur l’avait même initié en 1999

– il décide de réserver l’accès à l’épicerie sociale aux seuls habitants qui ont « au moins un an de séjour dans la ville » (Libération)

– Le maire supprime l’étude surveillée pour 320 élèves, remplacée par un simple système d’accueil – économie pour la ville : à peine 6.000 euros/an (Médiapart).

– Il coupe 100.000 euros programmés au budget pour des travaux dans le groupe scolaire Nelson Mandela (Midi Libre).

– Il annule 407.000 euros programmés pour la mise en œuvre des activité périscolaires pour les élèves (Midi Libre).

– Il nomme à la tête de son cabinet deux sulfureux personnages, issus d’une extrême droite que Marine Le Pen elle-même juge infréquentable : comme le révèle, André-Yves Beck devient directeur de cabinet ; Christophe Pacotte, chef de cabinet (Midi Libre).

– Il menace les élus qui ne l’ont pas désigné à la tête de l’agglomération Béziers- Méditerranée (il ne récolte que 28 voix sur 65) : « Vous me le paierez cher, c’est un déni du vote des Biterrois » (L’Express).

Des coups de com, des coups de menton mais souvent des coups pour rien :

– Sécurité : « Il y aura aussi une police montée, parce que c’est beau », Robert Ménard (La Voix du Nord).

– Sécurité : Couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans, entre 23 heures et 6 heures, dans le centre-ville et le quartier de La Devèze (Huffington Post). Le Tribunal administratif retoque la mesure, la réduisant à l’obligation pour la police de ramener les enfants non accompagnés à leur domicile. Une disposition déjà existante.

– Le retour de la blouse à l’école : à part les élèves de l’école privée Sainte-Madeleine, aucun jeune Biterrois ne s’affiche avec « ce cadeau municipal » – 1250 blouses auraient été livrées – coût pour le contribuable ? (Midi Libre).

– Mariages : refus de les célébrer quand il s’agit de couples homosexuelles (l’Express).

– Il fait allègrement la promotion du livre d’Eric Zemmour.

– Le maire s’agenouille devant uns stèle de l’OAS (Huffington Post).

– Il « débaptise » la rue du 19 mars 1962 (journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc) pour la renommer rue Hélie de Saint-Marc (membre de l’OAS, putschiste avec généraux en 1961 en Algérie) – (Midi Libre).

– Il annonce dans le journal municipal vouloir débaptiser l’école Nelson Mandela (Médiapart).

– Il interdit par arrêté municipal d’étendre du linge aux balcons, fenêtres et façades des immeubles visibles des voies publiques.

-L’arrêté prévoit également une interdiction « de battre les tapis par les fenêtres après 10 heures du matin » (Huffington Post).

L’instrumentalisation de la laïcité :

Le Maire impose une messe à l’ouverture de la Féria (Rue89) – une récupération qui suscitera les réserves du père Luc Jourdan, archiprêtre de la cathédrale Saint-Nazaire, vicaire épiscopal de Béziers : « Je ne pense pas que les citoyens de Béziers, catholiques compris, attendent de leur nouveau maire « une démocratisation de la messe » ; « Il est bon, pour le bien commun de notre ville, que chacun veille à respecter son domaine de responsabilité dans le respect mutuel et le dialogue. Nous serons tous, ainsi, au service de l’ensemble des Biterrois. » Le culte Catholique ne doit pas être instrumentalisé comme un soutien inconditionnel à la corrida. Nous respectons le pluralisme d’opinion sur cette activité controversée ». (Midi-Libre).

Ne vous trompez pas :

VOTEZ pour ceux qui agissent : échangeur de ST Clair, parking de la gare, Médiathèque etc

VOTEZ pour une majorité en ACTION dans l’Isère

Dimanche 22 mars

VOTEZ

Pascal Payen- Martine Ekoué

Michel Guillaud-Saumur- Séverine Lagnel

 https://choisiretassumer2015.wordpress.com/a-propos/

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *