Blog du Parti Socialite :

PS 38 isère Section de La Tour du Pin

CONGRES PS

Ne pas oublier l’histoire…

.

C PS Les origines du Parti socialiste en font un parti Républicain, traditionnellement attaché à la défense des classes populaires et prônant un accès au pouvoir par les urnes. «L’idée socialiste relève, à la fois, d’une révolte contre les injustices et du combat pour une vie meilleure pour tous». Situé à gauche sur l’échiquier politique, c’est une organisation politique qui défend une certaine idée du socialisme. Il a été fondé en 1905 sous le nom de Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Il a pris le nom de Parti socialiste lors du congrès d’Alfortville en 1969. Ses alliés traditionnels sont le Parti Radical de Gauche, le Parti Communiste Français, le Mouvement Républicain et Citoyen ainsi qu’Europe Écologie Les Verts. Si à l’origine, le parti socialiste pouvait être considéré comme le parti des classes laborieuses à vocation réformiste, il est aujourd’hui aussi un parti défendant les classes moyennes mais il n’a pas rompu le lien qui le rattachait à la classe ouvrière et employés. «Au PS nous voulons le progrès social, le progrès écologique,

Gérard Filoche

Gérard Filoche

le progrès collectif, et non une glaciation de la société qui fige une distribution des places selon la naissance et assigne des millions de Français à résidence sociale». Nous voulons des réformes qui continuent de signifier progrès social pour le plus grand nombre et non pas reprendre le durement acquis par leurs luttes pour le donner au seul bénéfice de quelques uns comme le préconisent les tenants d’un certain «libéralisme économique et social» d’un autre siècle! (stratégies économiques à la Freeman, à la Reagan, à la Tatcher, voir à la Blair ou à la Shroder). Il y a urgence pour que le Parti Socialiste réincarne l’avenir et l’espérance.

 

.

Motions

.

Christian Paul

Christian Paul

Au sein du PS, il existe plusieurs courants. Ils ont été institutionnalisés en 1971 pour entériner la réorganisation du PS sur la base de clubs et favoriser la démocratie interne. Ils sont souvent présentés par nos opposants (et les grands médias) comme facteurs de divisions et de personnalisation. Au PS nous, nous préférons le débat d’idées au combat des chefs même si quelques «éléphants» tentent de bloquer la voie du changement et l’accès aux responsabilités à de nouveaux militants (et militantes), souvent plus jeunes porteurs de convictions nouvelles. Les courants structurent la vie interne du Parti socialiste. Héritiers des clubs et groupes politiques précédant la réunification d’Épinay, ils se sont largement modifiés au cours du temps. Officiellement, les courants se structurent autour des motions, c’est-à-dire des grands textes d’orientation rédigés à chaque congrès. Officieusement, chaque motion est subdivisée en multitudes de sensibilités, parfois liées à un leader charismatique local ou national «éléphants», ou tout simplement à une manière de faire de la politique et d’analyser la société. Pour la première fois en France, en 2007 (copier depuis par d’autres formations politiques) des primaires internes au PS ont été organisées de manière à choisir le candidat du parti à l’élection présidentielle. Le congrès des socialistes doit être celui de leurs retrouvailles autour des valeurs qui ont fondé nos succès du passé et doit préparer les victoires de l’avenir. Voilà le premier pas d’une gauche qui gagne.

.

A gauche pour gagner

.

MNL

Marie Noëlle Lienemann

L’unité ne se décrète pas, elle se construit. Ce qui nous divise, ce sont parfois des orientations politiques. Mais ces divisions sont surmontables. Plus grave serait de constater que ces divisions relèvent d’un désaccord sur les valeurs fondamentales qui fondent le projet socialiste. Jaurès pensait que « dans les moments de crise, d’arrêt, quand le parti pour des raisons soit intérieures, soit extérieures à lui-même, doit avant tout se ramasser pour durer ou pour lutter, dans ce cas, la division ou même la diversité, n’est pas signe et promesse de vie, elle est menace et danger de mort ». Certaines références à « l’assistanat », au contrat de travail ou à l’enrichissement personnel, certains contre-sens, volontaires ou non, certains lapsus, dans les paroles de membres du gouvernement, heurtent et désorientent nos électeurs et nos militants. Nos électeurs peuvent parfaitement comprendre que le chemin de l’action soit retardé ou compliqué. Mais ils ne peuvent pardonner durablement à notre parti de ne pas être d’abord le relais de leur vote. C’est en effet au Parti socialiste

Benïot Hamon

Benïot Hamon

d’assumer son programme, son projet, ses engagements et d’en faire des campagnes politiques pour que le gouvernement soit en mesure d’avancer vers des compromis nécessaires sur d’autres bases que les seules exigences de la technocratie. A force de vouloir « lever les tabous » comme on guette les médailles (Européennes?) on finit par diviser son camp et le mettre en danger. A force d’utiliser un vocabulaire de droite on finit par être perçu comme un parti de droite. Le temps est venu du rassemblement de celles et ceux qui estiment essentiel et urgent de réorienter sérieusement la politique menée par le gouvernement, de présenter un calendrier de réformes majeures, attendues par nos concitoyens, conformes aux engagements que nous avons pris en 2012, capables de créer une dynamique unitaire à gauche. Ensemble, nous devons nous mobiliser pour que notre Parti renoue avec les couches populaires et retrouve le peuple de gauche, pour faire naître une autre majorité au PS.

Emanuel Maurel

Emmanuel Maurel

En liant aide aux entreprises et emploi, en augmentant le pouvoir d’achat, en soutenant les territoires oubliés, en relançant l’investissement public, en contrôlant la finance, en réorientant la politique européenne. Avec, enfin, des propositions pour un parti qui renoue avec les classes populaires, prennent des initiatives, affirme son autonomie, mène la bataille culturelle et idéologique. Un congrès pour agir et gagner à gauche : ne laissons pas passer la chance, peut-être la dernière, qui s’offre à notre parti !

.

A gauche pour gagner!

.

A. C.

(je ne sais RIEN mais je copie/collé/dirai TOUT)

Journaux et blog :  Marianne, Mediapart, Le Monde, les Faux Moneyeurs, Alternatives Economiques, les Echos, La Tribune, Le Nouvel Economiste, le Monde Diplomatique, Causeur, Agoravox, Libération, les inrocks L’argent dette de Paul Grignon, (Bankster) Jean Claude Drouin, Attac, Henri Pena-Ruiz,  Marc Jutier , Démocratie et Socialisme, Marie-Noël Lienemann, Christian Paul motion B et bien d’autres…

 

Commentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *